in

1.700 personnes sont mortes à Lille à cause de la pollution en 2018

Une mobilisation a eu lieu ce matin.

Shutterstock

Ce jeu­di (10 jan.), plusieurs asso­ci­a­tions ont appelé à se rassem­bler devant le siège de la Métro­pole européenne de Lille (MEL) pour ren­dre hom­mage aux 1.700 vic­times de la pol­lu­tion de l’air dans la métro­pole en 2018.

Selon Atmo, l’air dans la métro­pole lil­loise a dépassé le seuil max­i­mum de par­tic­ules fines accept­able au moins 60 jours durant l’année 2018, ce qui en fait la ville la plus pol­luée de France.

En fait, l’Organisation mon­di­ale de la San­té (OMS) recom­mande de ne pas dépass­er ce seuil plus de 3 fois par an.

Selon Ensem­ble pour le Cli­mat en Hauts-de-France, “env­i­ron 1700 le nom­bre de per­son­nes sont décédées pré­maturé­ment pen­dant l’année 2018, rien que dans la métro­pole lil­loise, parce que cette pol­lu­tion a provo­qué ou aggravé des patholo­gies res­pi­ra­toires ou car­dio-vas­cu­laires.”

La mobil­i­sa­tion avait notam­ment pour but de deman­der la mise en place d’ne poli­tique de développe­ment très ambitieuse des trans­ports en com­mun, leur gra­tu­ité sys­té­ma­tique pen­dant les pics de pol­lu­tion, mais aus­si de met­tre un terme à l’étalement urbain et aux pro­jets routiers.

Source