in

5 choses à savoir sur les deux attentats dans des mosquées de Nouvelle-Zélande

Deux mosquées néo-zélandaises ont été prises pour cible lors d’une fusillade qui a tué au moins 49 personnes vendredi.

via Le Point

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a qualifié ce vendredi « l’un des jours les plus sombres de la Nouvelle-Zélande » après le meurtre d’au moins 49 personnes et au moins autant de blessés lors d’une fusillade de masse qui a visé deux mosquées néo-zélandaises vendredi.

L’attentat islamophobe aurait été « soigneusement planifié« . Jusqu’à présent, les autorités ont inculpé un individu et arrêté trois autres. De plus, des engins explosifs ont été désamorcés par les services de police.

La Première ministre Ardern a expliqué que les événements survenus à Christchurch, une ville néo-zélandaise, représentaient « un acte de violence extraordinaire et sans précédent ». La plupart des personnes qui se trouvaient dans les mosquées au moment des tirs étaient des migrants et des réfugiés.

« Il est clair que cela ne peut maintenant être décrit que comme une attaque terroriste », a déclaré Ardern aux journalistes. Les autorités ont arrêté trois hommes et une femme, et l’un des suspects a été accusé de meurtre.

Voici les 5 choses à savoir sur l’attentat de ce vendredi en Nouvelle-Zélande.

1. Bien que les autorités estiment qu’il n’y a pas d’autres suspects, Ardern a déclaré que le niveau de menace à la sécurité nationale avait été augmenté, en conséquence directe des tirs en masse.

La police n’a pas révélé l’identité des personnes détenues, mais elle a indiqué que les noms des suspects ne figuraient sur aucune liste de surveillance.

2. Un homme qui prétendait être responsable de la fusillade avait laissé sur les lieux un « manifeste anti-immigrants » de 74 pages.

Dans le document, il a explicitement indiqué qui il était et comment il justifiait la fusillade. Il a également prétendu être un Australien blanc de 28 ans et raciste. Scott Morrison, Premier ministre australien, a depuis confirmé que l’un des quatre suspects arrêtés était bien un citoyen né en Australie.

Le suspect qui a revendiqué la responsabilité de la fusillade a déclaré être venu en Nouvelle-Zélande avec l’intention spécifique de planifier et de s’entraîner à l’attaque. Auparavant, il avait fait des dons et collaboré avec des organisations nationalistes, bien qu’il affirme avoir agi seul pour mettre en place l’attaque. Dans son manifeste, il explique qu’il a choisi la Nouvelle-Zélande en raison de sa situation géographique ; il voulait prouver au monde que même les zones les plus reculées n’étaient pas exemptes d’une « immigration de masse ».

3. L’une des attaques a eu lieu à la mosquée Masjid Al Noor, dans le centre de Christchurch, vers 13 h 45 (heure locale), faisant au moins 30 morts.

Un témoin, Len Peneha, a déclaré à la presse qu’il avait vu un homme vêtu de noir et pénétrer dans la mosquée, avant d’entendre des dizaines de coups de feu. Il a ensuite vu des personnes fuyant la mosquée complètement terrorisées. Le tireur, qui portait un casque avec un dispositif quelconque sur le dessus, est ensuite sorti de la mosquée, laissant tomber une arme semi-automatique alors qu’il fuyait les lieux.

« J’ai vu des personnes décédées un peu partout. Il y en avait trois dans le couloir, près de la porte menant à la mosquée, et des personnes à l’intérieur de la mosquée », a-t-il déclaré à la presse. « C’est incroyable. Je ne comprends pas comment quiconque pourrait faire cela à ces gens, à qui que ce soit. C’est ridicule. Je vis à côté de cette mosquée depuis environ cinq ans et les gens sont formidables, très amicaux. Je ne comprends tout simplement pas. »

4. Une vidéo a été diffusée en direct par le tireur, montrant explicitement les événements de l’attaque avec des détails horrifiants.

Selon un reportage publié par CP24, « le tireur passe plus de deux minutes à l’intérieur de la mosquée, pulvérisant à répétition des balles sur des fidèles terrorisés, tirant parfois sur des personnes qu’il a déjà abattues ».

5. Une deuxième fusillade a eu lieu à la mosquée Linwood Masjid, faisant au moins 10 morts.

Un témoin, Mark Nichols, a déclaré au New Zealand Herald qu’il avait entendu parler de cinq coups de feu et qu’un adorateur avait riposté au fusil ou à la carabine. Il a également rapporté que deux victimes blessées avaient été transportées sur des civières devant son atelier de réparation automobile et que les deux personnes semblaient être en vie.